Le samedi 12 octobre, plus de 1000 citoyens dont une 10 aine de Malonnois se sont rassemblés pour occuper la Place Royale à Bruxelles pour un programme de 24 heures d’assemblées populaires, d’art, de musique, et plus, invitant le roi à déclarer l’état d’urgence climatique et écologique en Belgique. « Extinction Rébellion», initiateur de cette rencontre est un mouvement écologiste et social mondial né au Royaume-Uni il y a moins d’un an. Par des actions de désobéissance civiles non violentes, ce mouvement au nom quelque peu provocateur, souhaite que le gouvernement déclare l’urgence climatique et écologique, et reconnaisse la nécessité d’une transformation rapide de notre système économique. Cette transformation nécessite un plan d’urgence national complet et juridiquement contraignant, qui élimine l’importation et l’extraction de combustibles fossiles d’ici 2025, tout en privilégiant la restauration de la biodiversité et la préservation de notre environnement nature.  Ces changements doivent avoir lieu en concertation avec une assemblée des citoyens afin d’assurer une transition maîtrisée vers une société post-croissance équitable. 

Lors de cette assemblée populaire du 12 octobre, les citoyens se sont réunis par petits groupes pour, ensemble, réfléchir à des solutions créatives sur les thèmes de : l’alimentation, le transport, la démocratie, l’éducation, la presse, l’énergie, la mobilité, la culture pour tendre ensemble vers un mode de vie plus respectueux de la planète. Tout ceci se déroulant dans une ambiance résolument bon enfant et totalement pacifique.

Certains participants ont, souhaité, par un acte de désobéissance civile, aller à la rencontre de sa majesté en pénétrant les jardins du Palais Royal de manière volontaire. Visiblement trop occupé (acheter bio, local et de saison peut s’avérer relativement chronophage et conduire à déraper sur le timing des courses du samedi matin…), force fut de constater que le roi n’était pas disposé à recevoir ! La police par contre se montra quant à elle fort disponible et toute disposée à nous présenter une certaine vision du futur de notre pays…

Au delà de l’arrestation de « ceux qui avaient désobéi », c’est l’ensemble des participants (et des touristes) présents qui a ensuite été visée. Pris au piège au sein d’une place dont toutes les issues avaient été bloquées (ce qui vous en conviendrez est une drôle de stratégie lorsque l’on a pour objectif de faire évacuer un lieu), c’est sans sommation, à coup de jet d’eau, de gaz lacrymogène et de matraque, que près de 500 citoyens ont été arrêtés et mis en détention dans les cellules de la caserne d’Etterbeek (pour une durée maximale de 12 h).

« La finalité de l’action policière pose sérieusement question. S’agissait-il de mettre fin à un événement troublant l’ordre public ou d’arrêter le plus grand nombre de personnes, pour les dissuader de reproduire ce type d’action, communiquer par l’image sur le risque qu’encourent ceux et celles qui souhaiteraient participer à une prochaine action de désobéissance civile de caractère paisible, familiale et bon enfant (prévues en décembre, février et avril) ? »interroge l’avocat du mouvement XR.

Toujours est il que les quelques irréductibles Gaulois de Malonne les bains détenus dans les casernes d’Etterbeek ont eu la chance de goûter les gaufres de la Police, et de prendre des cours collectifs de yoga, chant, danse, jeux psychomoteurs et néerlandais en cellule collective.

Marie Verstraeten et Thomas Duquesne

Pin It on Pinterest