20. La ferme de Reumont

Reumont est un lieu-dit situé sur une hauteur qui domine le Marlaire, le Gros-Buisson, la Dïèrlaire, les Fontaines, Chepson et Bauw. La ferme de Reumont culmine le domaine à 205 mètres d’altitude.

Le site de Reumont est occupé depuis près de 2000 ans. Des fouilles ont mis à jour des vestiges d’une villa gallo-romaine et notamment quelques outils de viticulture. Reumont était donc déjà à l’époque un domaine où l’on pratiquait l’agriculture. Cette exploitation agricole sur des terres très fertiles s’étendait en partant du nord du vicus Bransart, à l’orée sud de la Basse Marlagne, la Vecquée, sur les terres de Reumont et du Marlaire, sur les Fontaines et sur les prairies couvrant les rives du ruisseau, le Landoir, où se situent les hameaux du Broctia et d’Insepré. Le domaine se limitait à l’est par la forêt de Marlagne, à l’ouest par le ravin orienté sud-nord où coule le Landoir vers la Sambre.

La découverte en 1885, au « Gros-Buisson », d’un cimetière gallo-romain du IIème siècle, semblait indiquer la présence dans les environs, d’une villa. Il s’agissait de vingt-deux tombes, assez pauvres, dont l’une contenait des outils ; probablement des tombes d’esclaves ou de colons ayant appartenu à cette villa.

La présence de cette propriété est confirmée et maintenant assurée par la découverte fortuite au lieu-dit « Reumont« , en 1984-85, lors de la construction d’une maison, d’une vingtaine de poteries, d’autant de pièces en bronze, d’outils divers en fer et de nombreux tessons dans une fosse qui avait servi à jeter les déchets. Un premier examen de ces pièces donne à penser que la villa de Reumont était en activité dès la seconde moitié du premier siècle après Jésus-Christ. Le fait est assez rare pour être souligné. Un tesson de poterie remontant aux années 20 (« 0020 » et non « 2020 ») le confirme. La présence de nombreux outils liés à la culture de la vigne indique que le propriétaire était notamment vigneron. D’après les poteries actuellement découvertes, on est assuré qu’elle fut en fonction au moins jusqu’au V° siècle.

Mieux ! L’emplacement exact du bâtiment principal (villa urbana) est connu. Il se trouve au bord du plateau de Reumont, côté sud. Les substructures enfouies dans le sol sont nettement visibles à certaines époques (sécheresse, fonte des neiges…). On devine facilement qu’il y avait là un très grand bâtiment (non encore mesuré) comprenant un grand nombre de pièces. L’une d’elle, la plus grande et sans doute la principale (+ 6 x 10 m) jouit d’une exposition plein sud, comme dans toute villa romaine qui se respecte.

Les fondations de la villa sont visibles à la fonte des neiges ; la neige y fondant moins vite. (Photos : P. Ducarme)

Autre découverte, en 1914, le « Trésor de la Marlagne« , ensemble de 171 pièces datées du III° siècle, trouvées dans un récipient en bronze au lieu-dit « Bransart ». Cela pose un problème : des gens se sont enfuis, peut-être, enterrant leur trésor. Fuyaient-ils une incursion germanique, déjà ? La villa aurait-elle souffert à ce moment ? Sans doute, oui : ils ne sont pas revenus récupérer leur bien (à moins qu’ils n’aient oublié où ils avaient mis le magot, mais c’est idiot !). On n’a fouillé que des fosses à déchets, près de la villa, où l’on peut trouver des vestiges de toutes les époques, on ne sait rien du bâtiment dont il reste des traces. La villa a pu être détruite et reconstruite plusieurs fois. Tant qu’on n’a pas fouillé le site, – et on ne le fera sans doute qu’en cas de danger pour celui-ci -, on en sera réduit aux hypothèses.

Ces trois découvertes – cimetière, villa, trésor – se situent en fait à la périphérie du plateau le plus vaste de Malonne toujours cultivé, qui a donc bien été le cœur d’une exploitation agricole de la période gallo-romaine et a formé le territoire de ce qui deviendra plus tard le domaine de « Reumont », l’un des cinq domaines que Pépin aurait donnés à saint Berthuin, et ce n’était sans doute pas un domaine de forêt !

La ferme de Reumont fut propriété de l’abbaye de Malonne du VIIe siècle à 1790. Elle fait peut-être (ce n’est qu’une hypothèse très vraisemblable) partie des cinq métairies données par Pepin de Herstal à Berthuin. C’est l’époque où le village de Malonne se constitue autour de ce moine anglo-saxon, grâce à la générosité des seigneurs des environs. C’est en souvenir du don de ces cinq métairies que l’iconographie de saint Berthuin le montre portant une église à cinq clochers.

Certaines parties de la ferme actuelle remontent au XVIème siècle : le corps de logis et la grange. Les étables sont un peu plus tardives (1632). En 1680, le Seigneur de Malonne fait couler ses armoiries dans la plaque de cheminée du séjour.

Plaque de la cheminée du séjour de la ferme de Reumont
(Photo : Pierre Ducarme)

Saules centenaires devant la ferme (avril 2020)
(Photo : Véronique Pirot)

A la fin de l’Ancien Régime, sous la domination française, la ferme de Reumont fut vendue à Paris comme bien national (= bien confisqué à l’Eglise), le 9 vendémiaire an VI de la république Française (30 septembre 1797) à Le Couteux de Paris pour la somme de 115.000 francs. La ferme a changé plusieurs fois de main depuis lors.

La ferme de Reumont est toujours en activité. Cette ferme bio produit des céréales, farine, lentilles, pommes de terre, huile de caméline, agneaux et volailles. Elle propose aussi des chambres d’hôte. Depuis 2019, l’ancienne grange abrite un magasin à la ferme (ouvert les mercredi, vendredi et samedi). On y trouve les produits de la ferme et d’autres fermes des environs ainsi que les produits distribués par la coopérative locale Paysans-Artisans.

Photos : Ferme de Reumont

Sources :

  • https://www.chambre-dhote.be/wa_1.html
  • Parcours de lieux-dits de Malonne. Malonne. Pays de Liège. J et G. Thiry. Maurice Awoust. Editions du CHAM – 2ème édition. CD-rom. 2006
  • Pierre DUCARME, Malonne avant Saint Berthuin, bulletin du CHAM n° 24 (avril 1999) pp. 28-31.
  • Communication personnelle de Pierre Ducarme